Asana de Yoplait et les médias sociaux pour une bonne cause

Dans le cadre du mois de l’ostéoporose, nous tenions à souligner la belle initiative de notre client Asana de Yoplait. Durant tout le mois de novembre, 0,10$ sont versés à Ostéoporose Canada pour chaque produit Asana de Yoplait acheté au détail et 1$ est versé pour chaque nouveau fan se joignant à sa page Facebook. Ces dons contribueront à sensibiliser, à responsabiliser et à appuyer les personnes et les collectivités en matière de réduction du risque, du traitement de l’ostéoporose ainsi que des fractures dues à cette maladie.

Au moment de la rédaction de ce billet et à une semaine de la fin de la campagne, la page Facebook a déjà atteint 4 000 fans et le total des dons s’élève à 18 792,60$. Rappelons que cette initiative marketing a lancé Asana de Yoplait sur les médias sociaux, représentant ainsi une augmentation de 4 000 fans en 3 semaines; une preuve supplémentaire que les Canadiens et Canadiennes ont un grand cœur.

Nous vous invitons à faire un tour sur la page Facebook d’Asana de Yoplait, et si vous aimeriez contribuer à la cause, n’hésitez pas à devenir adepte et partager la nouvelle.

Posted in Médias Sociaux | Tagged , , , | Leave a comment

Google+ pour les entreprises, pourquoi pas ?

Cette semaine Google+ a permis aux entreprises de créer leurs pages Google+. Étant des passionnés de médias sociaux, nous avons immédiatement créé notre propre page +Ressac Media afin de tester les nouvelles options et de découvrir les plus de Google+ Pages (veuillez pardonner le jeu de mot).

Ayant atteint les 40 millions d’utilisateurs, Google+ fait tranquillement sa place dans le monde des médias sociaux. Bien que beaucoup plus petit que Facebook, Google+ Pages peut être intéressant pour une entreprise pour plusieurs raisons.

Les points positifs :

La segmentation de l’audience

La possibilité de grouper les fans de votre entreprise dans plusieurs cercles différents (clients, employés, clients potentiels, etc) rend le partage d’informations beaucoup plus pertinent et efficace pour une compagnie.

Google+ Hangouts

Une des forces de Google+, l’option Google Hangouts peut être exploitée de manière créative par les entreprises. D’ailleurs, on a pu voir une campagne de pub pour le nouveau film des Muppets utilisant le lancement de Google+ Pages dans la promotion de leur film à travers un hangout entre les acteurs, les marionnettes et le directeur.

On peut voir comment une telle option peut faciliter la conversation entre les marques et leur clientèle. Vic Gundotra, vice-président social chez Google, décrit Google Hangouts comme « une conversation entre amis sur un perron, c’est beaucoup plus facile de se joindre à la conversation ».

Du jus SEO

Google étant à la base un moteur de recherche très performant, il n’y a pas de doute qu’une présence sur Google+ Pages avantagera les compagnies présentes à se démarquer dans les résultats de recherche organiques. Google reconnait les entreprises dans les cercles de ses usagers et y accorde une valeur significative. Il est donc important pour une compagnie d’être dans un maximum de cercles afin d’apparaître plus haut dans les résultats de Google.

Le point négatif :

Bien qu’on puisse énumérer une liste de bogues présents dans la version actuelle de Google+ Pages, ça ne prendra pas beaucoup de temps avant qu’ils soient réglés. Le vrai défaut de Google+ Pages pour les entreprises c’est la démographie des utilisateurs de Google+.

Contrairement à Facebook, ce n’est pas tout le monde qui est sur Google+. Bien qu’ils aient plus de 40 millions d’usagers dans le monde, Google+ représente un segment très restreint de la population. Si vos clients ne sont pas des hommes travaillant en informatique âgés de 18 à 35 ans, il y peu de chances que votre message soit entendu si vous le diffusez sur Google+.  Notons tout de même que ce peut être intéressant pour les compagnies ciblant la clientèle actuelle de Google+.

À notre avis :

Bien que vous n’utiliserez sans doute pas Google+ pour la majorité de vos communications sur le web, vous devriez prendre le temps d’y inscrire votre compagnie et de voir les options qui vous sont proposées. Créer une page Google+ s’ajoute au branding web nécessaire pour toute compagnie. C’est si facile à faire et ça pourrait vous rapporter quelques visites en plus sur votre site web.

Quelques derniers conseils :

Si vous décidez de créer votre page Google+, prenez note des points suivants :

  • Un seul administrateur est autorisé par compte (pensez à utiliser un compte commun).
  • Remplissez bien votre page Google+ avant d’en faire la promotion.
  • Ajoutez des images à votre profil, ça augmentera votre capital conversationnel.

À +

Posted in Actualité, Médias Sociaux | Leave a comment

Des plus avec Google +?

La quatrième ronde du combat entre Facebook et Google sur le terrain des médias sociaux a officiellement débutée. Suite à trois offensives ratées (Orkut, Wave et Buzz), le géant de la recherche en ligne mise maintenant sur Google+, un nouveau réseau social qui est le prolongement de votre compte Google.

Quoi de neuf avec Google +?

Ceux qui souhaitent une révolution des médias sociaux resteront sur leur appétit. Google+ n’offre rien de nouveau mais mise plutôt sur une centralisation de services Web, d’applications et d’idées déjà existantes empruntés à Facebook, Stumble Upon et Skype. Sur le plan de l’expérience pour l’utilisateur, Google + se situe entre ce qu’offre Facebook et Twitter avec quelques avantages différents en prime.

Fonctionnalité Google + Utilité Fonctionnalité comparable
     
+1 Bouton permettant d’afficher ce que vous aimez et recommandez à vos contacts. Bouton J’aime de Facebook
Google + Profiles Profil de l’utilisateur sur Google+. Profil Facebook
Google + Stream Présente les publications de vos contacts sur Google+. Fil de nouvelles Facebook ou Twitter
Google + Circles L’utilisateur peut rassembler ses contacts en groupes (circles). Liste d’amis Facebook.

Listes Twitter

Google + Photos Permet le téléchargement et la publication de photos. Facebook Photos ou Instagram
Google + Sparks Possibilité d’ajouter des intérêts afin de recevoir des nouvelles provenant du Web et de vos contacts. StumbleUpon
Google Hangouts Permet le clavardage en groupe avec vos amis. Clavardage sur Facebook ou Skype

Cercles (Circles)

Cette fonctionnalité vous permet de segmenter vos contacts en fonction de ce que vous souhaitez partager avec eux. Pour bâtir ses relations sur Google +, il suffit de « suivre » d’autres individus qui peuvent vous suivre en retour (modèle très similaire à Twitter). Contrairement à Facebook, aucune autorisation n’est requise pour devenir l’« ami » de quelqu’un.

Déclics (Sparks)

Cette fonction vous permet de recevoir un flux d’informations selon vos intérêts.

Vidéos-bulles (Hangouts)

Cette fonctionnalité permet la discussion par vidéo. Il possible de discuter avec 10 de vos contacts en simultané.

Téléchargement instantané (Instant Upload)

Cette fonctionnalité disponible sur la version mobile de Google+ vous permet de prendre des photos et des vidéos avec votre téléphone et de les ajouter directement en ligne dans un album privé. Vous pouvez ensuite sélectionner les contacts avec qui vous souhaitez partager vos réalisations.

Clique (Huddles)

Cette fonction disponible sur la version mobile vous permet de clavarder en groupe avec les membres d’un même cercle.

Une menace pour Facebook?

Le défi principal pour Google demeure l’acquisition d’une masse critique de nouveaux utilisateurs. Avec ses 750 millions d’utilisateurs, Facebook a une longueur d’avance considérable. Les fonctionnalités de Google+ devront se prouver innovatrices et pertinentes afin d’assurer sa croissance. D’ailleurs, Facebook a déjà bloqué la fonctionnalité permettant aux utilisateurs d’importer leurs amis Facebook vers Google +.

Il faut également garder en tête que Google, avec ses services comme Gmail, Youtube, Picasa, etc., possède un bassin d’utilisateurs énorme qui pourrait faciliter la croissance de Google +.

Facebook et Skype ont su répondre à cette menace en proposant une fonction de discussion par vidéo ainsi qu’en permettant dorénavant le clavardage de groupe afin de répliquer aux fonctionnalités Vidéos-bulles (Hangouts) et Clique (Huddles) de Google+.

Notre avis sur Google +

1. Google + deviendra une partie de l’expérience de recherche de Google. Dans le processus d’inscription à Google +, il y a une section pour rendre vos informations accessibles à vos amis et au grand public. Lorsque connectés à leur compte, les internautes qui feront des recherches sur Google pourront apercevoir les pages favorites de leurs contacts dans les résultats de recherche.

Il est présentement impossible de prédire le moment auquel les +1 commenceront à avoir un impact sur l’algorithme de recherche de Google. Par contre, dû au fait que certaines fonctionnalités sociales telles le bouton J’aime de Facebook ont déjà une incidence dans l’algorithme de Google, il s’agit uniquement d’une question de temps avant l’apparition d’une expérience de recherche dans laquelle l’aspect social sera complètement intégré.

2. Google + sera intégré dans les futures versions de Chrome. Puisque Chrome gagne de plus en plus de parts de marché dans le milieu des navigateurs, il y a donc un potentiel d’acquisition très intéressant sur le plan des nouveaux utilisateurs pour Google +.

3. Le modèle publicitaire personnalisé est en quelque sorte l’évolution logique de Google en termes d’offre publicitaire pour les annonceurs. Puisque le Web devient de plus en plus géolocalisé et personnalisable, il sera intéressant d’assister au renouvellement de l’offre publicitaire de Google qui pourra éventuellement offrir des annonces plus ciblées et personnalisées. Les revenus potentiels pour Google sont énormes et une intégration de type publicités sociales leur permettrait de diversifier leur offre et d’augmenter la performance de leur réseau publicitaire.

Pour l’instant, Google + semble être destiné seulement à ses utilisateurs. Les pages ou les profils corporatifs ne sauraient toutefois tarder étant donné l’important potentiel de revenu.

4. La version mobile de Google + offre la possibilité aux utilisateurs d’afficher à leurs contacts l’endroit où ils se trouvent comme sur Foursquare ou Facebook Lieux. En jumelant cette fonctionnalité avec la base de données de Google Maps, Google pourrait facilement offrir aux entreprises des services de fidélisation de la clientèle via des coupons-rabais et des offres spéciales géolocalisées.

Google + est plus qu’un clone de Facebook. C’est plutôt un mélange de ce qui se fait de mieux dans le monde des médias sociaux en ce moment. Malgré tout le bruit médiatique entourant Google +, ce dernier n’apportera pas d’importantes innovations dans le Web social si les utilisateurs ne se présentent pas au rendez-vous.

Google doit maintenant prouver qu’il peut attirer un nombre suffisant d’utilisateurs sur Google+ et qu’il peut en assurer la fidélisation et l’engagement. Seul le temps dira si Google a enfin trouvé sa voie sur la sphère sociale.

Posted in Médias Sociaux | Tagged , , | 1 Comment

Forzani Group goes Social

We proudly welcome the Forzani Group Ltd. (FGL) to our growing family of amazing clients. The Forzani Group is the largest and only national sporting goods retailer in Canada. The company sells a vast assortment of sports-related products – from athletic footwear to leisure apparel to the equipment required for playing your favourite sports.

Ressac Media will work closely with the Forzani Group to support it with its strategic planning and management of social media efforts for the following banners: Sports Experts, Atmosphere, Intersport, Athletes World, Fitness Source, S3 and Hockey Experts. “We’re thrilled to give social wings to brands such as Sports Experts, Athletes World and Atmosphere which are all tremendously successful in the retail world but largely unseen in the new social media world”, says Beat Richert.

Posted in News | Tagged , | Leave a comment

Réponses aux questions du webinaire Les Affaires portant sur Facebook

Dans le cadre du Camp d’été Les Affaires : Formations sur les médias sociaux, j’ai eu la chance d’animer un webinaire portant sur Facebook, ses fonctionnalités de base et ses nombreuses utilisations et de présenter des tactiques pour augmenter la valeur des actions engendrées par les entreprises, marques et causes sur cette plateforme. D’excellentes questions m’ont été posées par l’audience auxquelles j’ai eu le plaisir de répondre une par une. Je vous les partage dans ce billet et vous invite par la même occasion à participer à l’atelier pratique sur Facebook qui aura lieu le 7 juillet prochain. Cas d’études, tactiques, stratégies et mises en situation seront au rendez-vous. Au plaisir de vous y voir!

Afin de respecter la confidentialité du webinaire, le nom de famille des participants a été limité à la première lettre et certaines questions ont été légèrement modifiées, sans toutefois en altérer leur pertinence.

Anonyme

Croyez-vous que Facebook a atteint un plateau?

Dans certains marchés, oui. L’objectif est maintenant d’en augmenter son utilisation. On s’en aperçoit notamment dans le marché du mobile dans lequel Facebook est de plus en plus agressif. Bref, avec une utilisation horizontalement intégrée, Facebook devrait être l’endroit où nous passons le plus souvent notre temps, tous médias confondus.

Anonyme

Est-ce que Facebook sera encore présent dans les prochaines années?

Oui. Le potentiel de croissance est toujours là. N’ayez crainte de faire vos stratégies sur cette plateforme pour les deux prochaines années au moins. Après, on verra. Le Web nous réserve bien des surprises. Règle générale : trouvez-vous au même endroit que votre clientèle.

André B.

En tant qu’entreprise, quelle est la meilleure façon d’augmenter notre nombre d’ « amis » sur Facebook?

Pourquoi ne pas commencer avec un concours? C’est un moyen simple et direct d’augmenter son nombre d’adeptes. Supportez aussi votre visibilité avec une campagne de relations publiques en ligne (si le produit s’y adonne) et des publicités Facebook.

Antoine R.

Quel est le taux de désabonnement?

C’est relatif aux initiatives et pages. Il n’existe pas une moyenne et si elle existait, elle ne serait pas nécessairement pertinente pour votre présence. Il existe beaucoup de « coureurs de concours » qui s’abonnent et se désabonnent une fois le concours terminé. Cela fait partie de Facebook. L’important est de fidéliser et faire participer vos adeptes. Votre balance d’abonnements versus désabonnements devrait être toujours être considérablement dans le positif.

Monia C.

Est-ce qu’on doit s’attendre passer beaucoup de temps à gérer les communications sur une page Facebook à un point tel qu’un employé à l’interne doit constamment garder le cap sur celle-ci?

Cela dépend de la nature de votre entreprise. Normalement, nous considérons qu’un gestionnaire de communauté à temps plein pour moins de 5 000 à 10 000 adeptes n’est peut-être pas le meilleur investissement. Tout cela dépend évidemment de votre entreprise et de votre produit ou service. Il est important de balancer la croissance avec la maintenance des relations que vous entretenez avec vos adeptes. Une gestion de communauté, même si hors pair, ne garantit par nécessairement une croissance prononcée.

Alexandre B.

J’ai remarqué que l’administrateur d’un groupe peut ajouter des membres à son groupe sans avoir son accord. Est-ce une nouvelle méthode chez Facebook?

Oui. Tout administrateur ou membre d’un groupe peut ajouter de nouveaux membres au groupe sans leur accord.

Antoine R.

Comment Facebook se finance-t-il?

Facebook bénéficie d’investisseurs en capital de risque. N’oublions pas que les publicités Facebook couvrent également une importante part des recettes. Certains prédisent que les publicités Facebook dépasseront bientôt Google Adwords en investissements. Adwords est le principal moyen de financement de Google.

Monia C.

Parlons de la gestion des commentaires négatifs. Suggérez-vous aux services publics d’être présents sur Facebook? Peu sont ceux qui aiment vanter les bons coups des services publics.

Définitivement. D’ailleurs, nous avons récemment participé à l’instauration d’une présence sur Facebook pour un service public qui connaît de plus en plus de succès. Il s’agit habituellement de planifier une stratégie solide et de définir en avance les règles du jeu. Avec notre client, nous avons créé des arbres décisionnels lui permettant de répondre correctement aux questions posées sur sa page Facebook. Une présence dans les médias sociaux démontre une préoccupation et permet de métamorphoser le négatif en positif. L’appui vient naturellement par la suite. Comprendre avant d’entreprendre est d’autant plus important.

Martin V.

Quel média augmente le plus la notoriété?

Je dirais YouTube, suivi de près par Facebook. Une vidéo virale a un pouvoir considérable de notoriété et peut faire connaître des marques rapidement. Toutefois, le viral ne se commande pas et par conséquent, représente un niveau de difficulté élevé.

Martin Vallée

L’administrateur d’un groupe peut-il inviter un utilisateur à se joindre au groupe sans être sans être son ami Facebook?

Oui, c’est possible. Toutefois, n’oubliez pas qu’une invitation n’égale pas nécessairement une inscription.

Isabelle L.

Concernant votre client dans le domaine de l’alimentation. Pouvez-vous expliquer comment 17% des adeptes obtenus dans le cadre d’une campagne proviennent des sites de concours? De quoi s’agit-il?

Au Québec, il existe une « culture du concours. » Les gens aiment participer aux concours. Notre stratégie consistait simplement à placer des liens vers notre campagne dans des sites de concours pour faire la promotion. Cela a permis de générer beaucoup d’adeptes en peu de temps. Sur Facebook, la vélocité à laquelle les adeptes évoluent est essentielle. Il est mieux de concentrer la visibilité sur une courte période plutôt que de la répartir sur une plus grande.

Valérie P.

Quel est le budget minimal à prévoir pour avoir un minimum de retombées?

Si vous faites référence aux publicités Facebook, nous recommandons un budget d’entrée d’au moins 2 000$ pour obtenir les premiers signes de performance. Le reste varie selon la cote d’amour envers votre produit, votre service, l’offre, la compétition et d’autres facteurs externes.

Valérie P.

Dans le cadre d’un concours, est-il mieux d’offrir un grand prix ou plusieurs petits prix?

Encore une fois, tout dépend de votre produit, du marché, etc. Normalement, un gros prix peut être un très bon moyen d’aller chercher des nouveaux adeptes. Les petits prix sont efficaces pour maintenir une communauté fidèle, active et engagée. Une communauté active est le meilleur investissement que vous pouvez faire pour assurer la croissance de celle-ci.

Valérie P.

Où peut-on trouver les lois et règlements concernant les concours sur Facebook?

https://www.facebook.com/promotions_guidelines.php

Lucie M.

À qui dois-je m’adresser concernant la publicité sur Facebook?

Vous pouvez tout simplement cliquer sur le lien « Publicité » au bas de votre navigateur. Pour une campagne simple, je vous recommande de faire votre campagne vous-même afin de vous familiariser avec le système. Toutefois, dans le cadre d’une campagne plus importante et compétitive, les services de spécialistes sont un bon investissement.

Lucie M.

Pour un organisme à but non lucratif, dois-je procéder de la même façon?

Absolument. En général, les OSBL jouissent d’un support naturel qui permet de générer plus d’engagement qu’une marque. Bref, si votre cause est bien véhiculée et incite à la participation, d’intéressantes dynamiques peuvent en découler.

Jacques S.

Si je veux créer un intérêt pour notre service très spécialisé à des contacts précis, comment puis-je commencer?

Vous pouvez toujours créer une page d’adeptes et les inviter vos contacts à la joindre. Toutefois, soyez conscients que les pages sur Facebook sont publiques et accessibles à tout le monde. Pour attirer un cible particulière, la création d’annonces Facebook hautement ciblées par intérêts serait de mise. Selon votre objectif, LinkedIn serait peut-être une meilleure option par ses fonctionnalités privées.

Julie P.

Si je veux afficher une promotion sur ma page Facebook, est-ce qu’un programmeur est essentiel?

Pas nécessairement. Rien ne vous empêche de faire une publication sur le mur de votre page avec un lien vers votre promotion se trouvant l’extérieur de Facebook. Pour un plus d’interactivité et lorsqu’un formulaire d’inscription est requis, il est nécessaire de créer un onglet à même votre page. Dans ce cas, vous aurez besoin d’un programmeur, un concepteur, un designer et ultimement, un spécialiste marketing. Bref, le genre de services que vous retrouverez en agence.

Julie P.

Comment changer notre URL personnalisée sur Facebook?

Il est malheureusement impossible pour le moment de changer votre URL et ça devrait rester ainsi.

Alexandre B.

J’ai remarqué sur votre graphique Facebook vs. Google que Facebook avait baissé au niveau de Google en terme de popularité au cours des deux derniers mois. Qu’en pensez-vous?

Les statistiques proviennent d’un outil de mesure en temps réel. Ces données n’étaient apparemment  pas encore totalement compilées pour les derniers mois. Dans tous les cas, Facebook se maintient confortablement au-dessus de Google. N’oubliez pas que le terme le plus cherché sur Google est…Facebook!

Marjorie A.

Qu’elle serait la meilleure stratégie pour augmenter le nombre d’adeptes d’une entreprise gouvernementale?

Mis à part des annonces et des campagnes, le simple fait de parler la langue des utilisateurs peut grandement aider. Les pages Facebook vous permettent de choisir d’exposer vos publications qu’à vos adeptes qui utilisent Facebook dans la langue avec laquelle vos publications sont rédigées. N’oubliez pas aussi d’inclure le lien vers votre page lors de vos communications de tous les jours. Ce lien peut se retrouver dans la signature de vos courriels, sur vos sites Web ou vos imprimés. Demandez aussi aux gens de votre organisation de joindre la page et de la partager avec leurs amis. Ceci permettra en quelque sorte de « briser la glace » et d’assurer une première croissance.

Pablo Stevenson

Posted in Évènements / Conférences | Tagged , , , | Leave a comment

Élections Canadiennes et les nouvelles technologies de l’information

Nous sommes dans les derniers jours de la campagne électorale. En route vers le bureau, deux de nos stratèges en médias sociaux se sont fait influencer par le bombardement visuel des affiches électorales. En profitant des services du parti libéral qui se veut le plus branché de tous les partis, nos geeks ont capitalisé sur le côté techie des Libéraux et ont réussi à lire le code QR présent sur une des affiches de ce parti (voir vidéo) :

Voici quelques conclusions de notre expérience :

- La faisabilité technologique ne justifie pas l’utilisation : Il est totalement absurde d’imprimer des codes QR sur toutes les affiches qui sont, en grande majorité, installées dans des endroits hautement dangereux (au milieu d’artères avec 4 voies) et inaccessibles par les piétons.

- Un gadget compliqué pour une minorité : Nos études nous ont permis de s’apercevoir que la majorité des téléphones intelligents sur le marché ne sont présentement pas vendus avec un logiciel de lecture de codes QR intégré. Nos spécialistes présentés dans la vidéo ont ainsi passé plus de 5 minutes à se connecter sur le Appstore, à y magasiner un logiciel de lecture de codes QR et à installer le logiciel choisi avant de pouvoir, d’une façon tout à fait spontanée, accéder à l’information cachée par le code QR qui se veut tellement en vogue ces temps-ci. Rappelons-nous que seulement 70% des Canadiens possèdent un téléphone mobile et que seulement 35% (i.e. 24 sur 100 Canadiens) de ceux-ci ont un appareil intelligent. Le petit pourcentage de cette minorité ayant déjà téléchargé un logiciel de lecture de codes QR réduit la cible davantage.

- Après l’utilisation, la déception : C’est seulement grâce à l’aide de son collègue que notre spécialiste en médias sociaux a pu profiter de l’information offerte par le code QR. En espérant trouver de l’information exclusive sur Kettly Beauregard, notre spécialiste a malheureusement atterri sur la page d’accueil du site Web du parti Libéral en lisant le code QR offert sur l’affiche. Puisque le parti n’offre pas de version mobile de son site, nos amis ont perdu une autre demi-minute à télécharger la page. De plus, le téléchargement de données non pertinentes étant aux frais de nos amis, ils ont abandonné leur expérience pour sauver leur temps et leur argent.

Conclusion : il s’agit d’un cas classique d’une bonne intention suivi par une exécution peu stratégique et maladroite. Au lieu de gagner les votes de nos deux citoyens engagés, le code QR sur les affiches leur a plutôt généré une pollution visuelle et de la frustration (lire : une expérience négative avec la marque).

Beat Richert

Posted in Actualité | Tagged , , | 1 Comment

Mode d’emploi 101: préparez votre entrée dans l’univers inévitable des réseaux sociaux

Aujourd’hui plus que jamais, les médias sociaux suscitent un énorme intérêt autant auprès du grand public qu’au sein des entreprises. Malheureusement, beaucoup de questionnements demeurent à propos de l’utilisation de ces médias sociaux en contexte d’entreprises.

Si vous êtes parmi ceux qui tentent de bien saisir toute la complexité de l’univers des réseaux sociaux, l’évènement « Les réseaux sociaux pour une implantation concrète, mesurable et efficace » présenté par Les Affaires dans le cadre de la série Les Grandes Conférences est un rendez-vous à ne pas manquer.

Pour mettre la table, l’atelier « Mode d’emploi 101: préparez votre entrée dans l’univers inévitable des réseaux sociaux » présenté par Pablo Stevenson, Président de Ressac Media et expert en marketing interactif, est une excellente façon pour vous de bien saisir les enjeux autour de ces nouveaux modèles de communication.

Cet atelier abordera entre autres :

• Médias traditionnels et médias sociaux, comment se différencient- ils ?

• Qui sont les acteurs et les utilisateurs des réseaux sociaux ?

• Qu’est-ce qui distingue Facebook, Twitter, LinkedIn et les autres médias sociaux ?

• Quelles sont les erreurs à éviter ? Sur quelles bonnes pratiques doit-on miser ?

• Branding, gestion de la réputation, monitoring, campagne de relations publiques, recrutement, quels sont vos objectifs quant à l’intégration des réseaux sociaux ?

• Quelles sont les grandes étapes pour bâtir une stratégie d’intégration de l’utilisation des réseaux sociaux ?

À l’aide de nombreux exemples concrets d’organisations qui ont réussi à déployer des initiatives de communication marketing par l’intermédiaire des réseaux sociaux, Pablo propose une démarche qui permet de bien maîtriser toutes les possibilités offertes par ces nouvelles plateformes.

À la fin de cet atelier, vos nouvelles connaissances des réseaux sociaux vous permettront d’en comprendre les enjeux et les applications possibles pour votre organisation.

Posted in Évènements / Conférences | Tagged , , , , , , , , | Leave a comment

Fresh perspective and more humility

Last Friday I had the good fortune to take part of a special /A\ Morning News Ottawa show they themed around Online Guidelines. I’d been on the show before as a guest to talk about another subject that’s really important to me, namely supporting and buying locally made goods but this was the first time I was on in a social media “expert” capacity (my full-time job). Why the quotation marks? Well, I consider myself more of an enthusiast who loves working in social media and who is excited to be constantly learning more about it just so I can then translate this into practical ways in which my clients and friends can better understand or leverage social media for their own needs. But I digress…

/A\ Morning News Ottawa: YouTube

I was on to do 3 segments during the four-hour show. The first one was a social media glossary, the second, a Facebook primer and the third was on YouTube (you can watch it here). I was in great company too: There were other guest experts present to cover Twitter, blogging, apps, gadgets and online security as well. Throughout the morning we were answering all kinds of questions about social media from A Morning’s Twitter followers, Facebook likers, from the studio audience and from the team at A Morning (during the commercial breaks), most of which were asked by average people (by average I mean people who don’t work in social media). The majority of questions centered around basic functionalities on Facebook and Twitter. Easy stuff for us industry folks, but totally shrouded in mystery to them…

I can’t even begin to tell you how enriching the whole experience was. Why? Because after patiently explaining concepts and functionalities, to be told I was informative and what I shared was really helpful, it brought me back to the very reason why I got into social media to begin with. People. I’d somehow strayed from that and these people reminded me that I was them at one point too… and so were you.

While it felt great to help (it always feels good to help), it also sadly reminded me of something that’s been weighing heavily on me for a while now about our industry. Anyone who knows me, knows that I’m not one to share stuff about social media on Facebook or Twitter simply because there’s enough of it out there and I don’t want to just RT other people’s content and to be frank, a lot of the stuff that gets seeded is kinda boring (sorry). My thoughts and opinions tend to gravitate around best practices, logic and common sense anyway, but I do find that increasingly, industry folks are becoming quite arrogant and merciless towards individuals and SMBs who are just starting in social media. For some reason these bashers expect perfection from the get-go. Why, when these companies are just getting their feet wet? Isn’t one of the best things about social media (and what we all have as part of our sales pitches) precisely that, that you can try different things until you find your voice or your winning formula? That trials and errors are permitted and even expected in social media? So, why the resentment and public flogging of companies who – or campaigns that – fail? It’s one thing to criticize brands or customer service as a consumer on Twitter or Facebook, but when industry people are wilfully trashing campaign that didn’t go so well, what’s the motivation behind that? To start trending topics? To make themselves look like social media gods for calling it way back when? It can’t be because they’re trying to win clients or influence anyone, can it? Don’t these people care about their personal brands? (that is, unless they are trying to become the next Howard Sterns of social media… ;)

While I was thinking about Friday’s experience over the weekend, it brought about a lot of questioning. Questioning about where the humility has gone in our industry. Have some industry people already become cynical and jaded about social media, while their potential clients are just getting started with it? That doesn’t bode well for companies at all. We could be doing so much more to help stimulate creativity and not stifle it by bashing brands that had the guts to try something. As social media consultants, advisors, freelancers, specialists, experts, enthusiasts or whatever we call ourselves, we all hold such desirable and valuable knowledge and experience that these companies need or use in their strategy developments or tactical efforts. Why can’t we give more props to the successes than to the failures? Especially now? Most industry folks would agree that finding clients these days is akin to shooting fish in a barrel, but in the near future, this will change. The fish will find partners to work with. Will Karma come back to bite these people in the ass?

I’m aware that I can sometimes be naïve about business and human nature but having worked on all three sides (client side, agency side, consultant side) I would still rather be a champion for newbies than a hater. Wouldn’t you?

I for one will be Tweeting more about hits and cool campaigns I come across, whether produced by Ressac Media or not. What will you do?

Posted in Social Media | Tagged , | Leave a comment

Nos prédictions sur les médias sociaux en 2011

2010 fût une année porteuse de changements et transformations pour les médias sociaux. Facebook a renforcé son emprise à l’aide de l’Open Graph en offrant l’intégration de ses fonctionnalités sur le Web. Les outils de localisation tels que Foursquare et Facebook sont de plus en plus adoptés.

2011 sera surement une année tout aussi intéressante sur le plan de l’innovation. Quelques-uns de nos spécialistes en médias et réseaux sociaux se sont lancés avec des prédictions pour 2011 :

BORIS UNG : Après l’exploration, 2011 sera l’année de l’adoption des médias sociaux

2010 a été une année exploratoire pour plusieurs grandes entreprises. Elles ont pris le temps d’en apprendre plus sur leurs besoins et les opportunités qu’offrent les médias sociaux. Certains ont préféré attendre et observer avant d’entreprendre des actions, d’autres ont déjà fait le saut. 2011 sera certainement l’année où la majorité d’entre elles adopteront et mettront en place des initiatives sur les médias sociaux.

Que ce soit pour assurer un service à la clientèle ou véhiculer des promotions, l’adoption des médias sociaux sera certainement plus présente chez les grandes entreprises, même du côté B2B. Cela implique que les initiatives sur les médias sociaux ne seront plus considérées comme un add-on, mais bien comme une part entière d’une stratégie de communication intégrée.

DIEGO PONCE : Nette augmentation du mobile

Avec l’apparition du Nexus en 2010 et la popularité croissante des téléphones intelligents, il y aura certainement une percée du marché mobile ou du moins une nette progression des investissements publicitaires destinés à cette plateforme. La géo-localisation reste encore la fonctionnalité la plus puissante de cette plateforme ralliant ainsi contenu et endroit.

Je crois que pour l’année 2011, il faudra prendre de plus en plus au sérieux la donne mobile dans les campagnes, notamment dans les efforts de marketing direct. Nous verrons d’ailleurs de plus en plus de campagnes accessibles uniquement sur les mobiles. 2011 sera aussi l’année où tous voudront avoir leur application pour iPhone, Nexus et iPad.

PABLO STEVENSON : 2011, année du moi, sans les autres

Depuis deux ans, les mêmes mots étaient dans la bouche de tout le monde : médias sociaux. De ce concept, nous en avons décliné des valeurs transcendantes : transparence, collaboration, participation, communication bidirectionnelle et j’en passe. Toute cette dynamique se joue dans des forums ouverts qui sont les Facebook de ce monde où tout le monde prend part à la conversation, se font voir et sont vus.

Je crois que 2011 s’inscrira comme l’année où cette dynamique bascule en quelque chose de plus personnel et unique, fait exactement pour l’individu et non pour son réseau. Cette année sera l’année de la personnalisation et de l’individualisme en termes de communication. Pourquoi se contenter d’un dialogue ouvert saturé quand on peut bénéficier d’un dialogue fermé, mais autant plus pertinent. Facebook intègre depuis peu le courriel, outil qui existe depuis belle lurette et qui demeure tellement efficace que même Google a failli à la tâche de le réinventer (on se rappellera du défunt Wave). Les prochaines campagnes et initiatives sur les médias sociaux devront bénéficier de cette composante personnelle propre à l’individu et destinée à celui-ci uniquement. Nous sommes convaincus de cette approche, elle sera d’ailleurs reflétée dans nos initiatives en 2011.

Dans un monde où le bruit des communications est omniprésent, c’est le seul moyen d’assurer un dialogue clair. L’individu n’est plus le centre d’intérêt, l’intérêt est désormais au centre de l’individu.

MELISSA THIBODEAU : The year of the biggest and badest Twitter Parties!

I think 2011 will see a huge jump in the number of Twitter Parties. I’ve observed and participated in numerous Twitter events this year, ones organized or hosted by small to medium sized businesses and I found that each was more honed and more structured than the previous one.

Twitter B2C power users have learned a lot this year through trials and errors and I’m positive that bigger brands will leverage their new best practices and also foray into this new way of engaging with their communities while members of their communities can exchange with one another, making new friends. I’m really excited about witnessing this and obviously joining in the fun! Twitter Parties are going to give traditional contests a serious run for their money in 2011.

PATRICK LANDRY : L’innovation dans la vidéo

Plus besoin de se le faire dire et redire, la vidéo en ligne est extrêmement pertinente et le sera encore plus en 2011. Dans la dernière année, nous avons assisté à des démonstrations incroyablement novatrices dans ce domaine. YouTube a brillé par la qualité de son contenu, ses exclusivités, ses partenariats etc. Mais qu’en est-il de la technologie? Le mot 3D est sur toutes les lèvres, mais peine à se faire voir sur le Web. Ma prédiction pour 2011 est que les stratèges en médias sociaux que nous sommes voudront de plus en plus sortir du cadre qu’offre un YouTube. On veut aller plus loin et ça passera par une plus grande évolution technologique, ça va de soit. Des expériences d’immersion totale tant en 3D, qu’en 360 degrés viendront marquer 2011 de manière percutante et par leur interactivité. Vous en voulez un aperçu? Allez voir cette campagne pour Doritos. Stay tuned!

CHARLES LAPOINTE : Electronic commerce will reach new levels in 2011

2011 will be a very interesting year in terms of web innovation. More precisely in the domain of eCommerce. We are seeing more and more companies making the move from offline to online. They are seeing potential in offering their full product catalogue online and being able to deliver to all areas of the country. Small business owners (retail for example) won’t have to go through retail giants to sell their clothes anymore, they can just create their own store and if their market targeting is right, they will sell just as much if not more without having to contribute commission or face immoral regulations.

This shift will be huge for many reasons but one of the most important is that it changes the way small business owners do business and opens up a whole new world of possibilities for them. Hopefully by the end of 2011 I’ll be able to do all my shopping online.

BEAT RICHERT : Quand les objets prennent la parole sur les médias sociaux

Vos amis, les marques, les lieux presque tout ce qui vous entoure s’intègre désormais dans les  médias sociaux. Que ce soit via un status update, un check-in ou un like, les moyens de manifester une présence dans votre réseau se multiplient et se perfectionnent.

Je prédis que très bientôt, et peut-être bien en 2011, les biens que vous consommez trouveront leur propre voix sur les médias sociaux. Dans la révolution de « The Internet of Things », ça sera certainement les produits de consommation de luxe qui commenceront à « socialiser ». Après avoir fait du magasinage pour mon prochain demi-Marathon, je pourrai voir ce genre de message dans mon fil de nouvelles Facebook :

Salut Beat, merci de m’avoir acheté hier soir : New Balance 993 Running Shoe #884001

Pour garder un petit peu de sa vie privée, le consommateur sera amené à faire des « opt-out » explicites afin que les objets qu’il consomme ne se vantent pas d’être achetés dans son réseau social!

ANDRÉE-ANNE RIVARD : Les médias sociaux quittent le Web

Selon John Gerzema, « Brands need to find ways to connect their digital outposts and their real-world presence to maximize returns on their online efforts. (…) Real progress happens when relationships leave cyberspace and become face-to-face teams making real progress. »

2011 ira dans cette direction et donnera naissance à de plus en plus de campagnes dans les médias sociaux s’étendant au-delà du Web. Les entreprises utilisent davantage les médias et réseaux sociaux comme moyens de communication avec leurs clientèles mais celles-ci cherchent dorénavant plus qu’une simple présence ou communauté en ligne de la part de leurs marques favorites. Elles désirent entretenir des liens réels et honnêtes qui se construisent par le partage d’expériences qui dépassent les limites de leur écran. Les entreprises devront donc investir dans des tactiques en médias sociaux uniques et créatives unissant leur présence en ligne et hors-ligne afin de pleinement satisfaire leurs adeptes.

HENNING WALLMEIER : Against the chaos: Institutionalization of Social Media in companies and organisations

Social Media is no hype anymore; it is already an important part of the communicative reality of companies, organisations and institutions worldwide. With the creation of channels on Twitter, Facebook and Co. the necessity of creating internal structures to organize, structure and maintain a meaningful presence on Social Media channels arose. More often than not, participating entities were unprepared to answer to the new exigencies within their existing structures. Social Media became the playing field of different departments like Marketing, Communications or Public Relations and often fell between the cracks.

2010 saw already a slight shift to institutionalizing processes and structures to answer to the Social Media reality. Companies, organisations and institutions form Social Media teams with exclusive tasks on the Social Media networks. This trend will accelerate in 2011. Companies acknowledge the need to adapt and will take the necessary measures. Social Media agencies and consultants will concentrate on implementing solid and sustainable structures, strategies and processes within their clients’ organisations. Monitoring/community management tools, guidelines and strategies facilitate reputation management and the seeding of companies’ messages. The creation of Social Media departments and teams will be a given. With the institutionalization of Social Media processes 2011, the engagement on Social Media channels will experience an increase in efficiency, professionalism and credibility.

Posted in Actualité | Tagged , , , | 2 Comments

Putting the social back in social media

9 months, 8 countries, 40 solutions for the environment – Marion Tissot and Christophe Ménigault, founders of the non-profit organization Cause à Effets, headquartered in Montreal, are travelling through Asia on a mission to find environmentally friendly solutions which can be easily reproduced all over the world.  Meeting companies, associations, organisations and individuals, they use social media channels to document and share strategies, ideas and concepts which help to protect the environment. Ressac Media is supporting the cause by setting up and maintaining Cause à Effets’ web presence.

The web strategy of Cause à Effets capitalizes on the strengths of the different social media channels. Being present on YouTube, having a photo stream on Flickr as well as direct lines to followers and friends via Twitter and Facebook, Cause à Effets follows a true multi channel and multi social approach. Each platform has its specific tasks and the website serves as an umbrella which brings all the elements together for a complete presentation of the organization.

We are glad to have the opportunity to support this exceptional project.

Suivez Cause à Effets:

http://causeaeffets.com/

http://www.facebook.com/causeaeffets

http://twitter.com/#!/causeaeffets

http://www.youtube.com/user/Causeaeffets

http://www.flickr.com/photos/causeaeffets/

Posted in Social Media | Tagged , | Leave a comment